Calendrier

« Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

L'équipe du blog

L'équipe du blog La sécurité routière est un enjeu majeur du département du Gard qui a connu en 2005 encore un nombre très élevé d'accidents mortels. Ce blog est celui de l'actualité de la sécurité routière dans le département du Gard pour que le fléau cesse enfin. Bienvenue.

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

La vitesse et l'Alcool

Par L'équipe du blog :: 03/03/2006 à 19:42

PRES D'UN ACCIDENT MORTEL SUR TROIS EST LIE A L'ALCOOL.

 

 

 Plus de la moitié de ces accidents se produisent les nuits de week-end, plutôt en rase campagne, hors intersection, et n’impliquent le plus souvent qu’un seul véhicule.

Ces données démontrent que les conducteurs qui ont consommé de l’alcool ne sont plus maîtres de leur véhicule.

En 2004, 1455 tués, 2075 blessés graves et 6464 blessés légers ont été victimes d’accidents où l’alcool est impliqué.  

Le département du Gard n’échappe malheureusement pas à ces statistiques.

 

C’est la raison pour laquelle les forces de police et de gendarmerie y ont procédé à quelques 116 772 contrôles d’alcoolémie en 2005 dont 2 706 se sont révélés positifs.

Lorsque l’on sait que le parc de voitures de tourisme s’élève à 319 200 véhicules, on peut en déduire que chaque conducteur à en moyenne une chance sur trois d’être contrôlé dans l’année.

 

 

Par ailleurs, toute conduite avec un taux d’alcoolémie égal ou supérieur à 0,5g/l dans le sang implique le retrait de 6 points du permis de conduire ce qui entraîne l’annulation de celui-ci pour tout conducteur titulaire d’un permis probatoire ( permis de moins de 3 ans pour ceux qui n’ont pas suivi la filière conduite accompagnée ).

 

Ce taux peut être atteint après l’absorption de seulement 2 verres de boissons alcoolisées.

 

ALORS, NE VOUS LAISSEZ PAS SURPRENDRE.

 

Savez-vous qu’il y a autant d’alcool dans un verre de bière, un verre de vin et un verre de whisky-soda servis dans un bar ? Attention, à domicile, les doses sont variables selon la taille des verres, qui peuvent être plus ou moins remplis.

 

En moyenne, chaque verre consommé fait monter le taux d’alcoolémie de 0,2 à 0,25g/l. Ces chiffres peuvent être sensiblement supérieurs chez les femmes, les jeunes, les personnes âgées et les individus minces.

Par ailleurs, certains paramètres comme l’état de santé, le degré de fatigue, une alimentation déséquilibrée, le tabagisme ou le stress contribuent à augmenter le taux pour une consommation identique.

La solution la plus simple si l’on doit prendre le volant est donc de ne pas consommer du tout d’alcool.

 

L’ELIMINATION DE L’ALCOOL EST TRES LENTE.

 

Quelle que soit la quantité d’alcool consommée, le taux maximal d’imprégnation de l’organisme est atteint :

   Une demi-heure après une absorption à jeun ;

   Une heure après une absorption après un repas.

 

En revanche, il faut beaucoup de temps pour éliminer l’alcool.

Un sujet en bonne santé élimine 0,1 à 0,15g/l d’alcool par heure.

 

Contrairement aux idées reçues, ni le café, ni une cuillerée d’huile ni de grands verres d’eau, ni aucune autre recette ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

 

LES EFFETS DE L’ALCOOL SUR LE CONDUCTEUR.

 

L’alcool agit directement sur le cerveau, même à faible dose. Les premières perturbations sont constatées à partir de 0,3g/l mais se généralisent à partir de 0,5g/l.

 

L’alcool rétrécit le champ visuel, la perception latérale des objets est donc altérée = DANGER lors d’une intersection, en agglomération….

 

La perception du relief, de la profondeur et des distances est modifiée = DANGER en cas de dépassement.

 

Le temps de réaction visuelle augmente = DANGER en cas de nécessité de freinage d’urgence.

 

L’alcool augmente la sensibilité à l’éblouissement = DANGER en cas de conduite la nuit.

 

L’alcool diminue la vigilance ainsi que la résistance à la fatigue. En outre, la coordination des mouvements est perturbée = DANGER permanent dans toutes les situations de conduite.

 

Enfin, l’effet désinhibiteur de l’alcool amène le conducteur à sous-évaluer les risques et à transgresser les interdits à commencer par celui de prendre le volant  = DANGER du fait d’une vitesse excessive, du non-port de la ceinture……..

 

 

Si l’on admet que le risque d’accident est de 1 pour un conducteur avec 0 gramme d’alcool dans le sang, il est multiplié par 2 à 0,5g/l, par 35 à 1,2g/l et par 80 à 2g/l .

 

Malgré les effets décrits ci-dessus, certains pensent néanmoins qu’ils pourront prendre le volant en faisant preuve d’une vigilance accrue mais cela ne suffit pas.

L’accident survient lorsqu’un faisceau de facteurs accidentogènes se conjuguent. Il suffit souvent que le facteur alcool vienne s’ajouter à ce faisceau pour que l’accident se produise.

 

Alors, que faire ?

 

DES SOLUTIONS POUR TOUTES LES SITUATIONS.

 

Il est facile de s’organiser pour qu’une soirée entre amis, un dimanche en famille ou un repas d’affaires ne se terminent pas tragiquement.

 

La solution la plus simple consiste à consommer des boissons qui ne contiennent pas d’alcool.

 

Organisez-vous en amont en désignant qui sera «  SAM «  le conducteur désigné qui ne consommera pas d’alcool afin de pouvoir reconduire tout le monde à bon port.

 

Si vous avez consommé un peu d’alcool, avant de décider de prendre le volant, mesurez vous-même votre taux d’alcoolémie à l’aide par exemple d’un éthylotest chimique.

 

 

Même si vous n’êtes que passager, il est de votre responsabilité de ne pas accepter d’être raccompagné par un conducteur ayant consommé de l’alcool, et dont le taux d’alcoolémie au moment du départ est inconnu ou supérieur à 0,5g/l.

 

EN CONCLUSION

 

Combien parmi nous ont perdu des amis ou des membres de leur famille parce qu’un soir quelqu’un avait pris le volant en état d’imprégnation alcoolique.

Par ailleurs , combien de vies brisées suite à des séquelles d’accidents. Il suffit pour s’en rendre compte de visiter des établissements spécialisés peuplés de jeunes paralysés pour la vie.

Faut-il continuer à accepter cet état de choses sans réagir devant ces morts et blessures inutiles ?

Plutôt que de suivre le chemin qui veut que ces fins de semaine voient tant de jeunes perdre leur avenir, soyez de ceux qui réagissent, « de ces improbables consciences, larmes au milieu d’un torrent «  comme le dit si bien le chanteur.

N’acceptez plus de mourir sur le bord d’une route. Parlez-en autour de vous afin que chacun faisant un peu, ce soit la  VIE qui y gagne.

Et si nous faisions le pari que dans le département du Gard, en travaillant ensemble, on fasse enfin parti des bons élèves de la sécurité routière, de ceux qui ont choisi la vie.

 

 

       Jean-Vincent MALINOWSKI

 

       Coordinateur Sécurité Routière

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://routesdugard.zeblog.com/trackback.php?e_id=19751

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :